petit essaie de "programmation d'article" (merci canalblog !! ;) )

Théoriquement, je suis en vacances en Angleterre en ce moment, ou alors, j'embarque dans l'avion avec mon chéri et notre puce ...

comme d'habitude, j'attends la photo de celles qui n'ont pas de blog avec leur 5e étape de brodée ...

la voici, la voilà, la 5e étape à me demander par email.

petite histoire trouvée sur internet :
"

Légende rose

 

C'était il y a fort longtemps, très loin. Elle était toute mignonne, souriante, douce et tranquille. Il était jeune, et très amoureux.

Aux petits cadeaux qu'il lui faisait, elle répondait le plus souvent par une petite fleur détachée en passant à un rosier sauvage.

IL la gardait tout le jour dans un repli de sa tunique, près de son cœur.

Un jour elle mourut, sous un acacia qui semblait pleurer sur elle des larmes de fleurs blanches.

Fou de douleur il partit dans la montagne, pleurant amèrement.

Il y rencontra le Dieu des Chagrins :

   - Pleure, mon enfant, j'ai le pouvoir d'effacer peu à peu le chagrin des mortels, et je vais t'aider ".

Mais rien n'y fit. Il offrit même sa vie pour que sa petite fiancée renaisse à la vie...mais le Dieu des Chagrins n'en avait pas le droit. Ému de tant de détresse , cependant , il accepta et , s'approchant  , il fit couler entre les lèvres pâlies , du creux de ses mains ,

la Vie

qu'un autre avait donnée pour elle....les joues redevinrent roses et elle s'éveilla ....le Dieu des Chagrins retourna vers le jeune homme , qui à son tour , avait quitté ce monde pour attendre celle qu'il aimait aux jardin de ses aïeux .

Pour apaiser le chagrin de cette pauvre âme, le vieillard prit délicatement le cœur du garçon. C'était un cœur lourd, lourd, et gris, si triste....Le tenant dans ses mains, il le caressait et lui parlait doucement comme à un oiseau blessé ...et sous ses doigts, ce cœur se transforma peu à peu. Il devint bientôt un cœur du cristal le plus pur.

Se penchant pour en admirer les reflets , le Dieu des chagrins vit qu'en son centre , une sorte de coupe profonde était taillée , et qu'au fond de cette coupe , un petit bouton de rose , tout petit , tout simple , commençait à se faner...l'une des innombrables roses que la petite fiancée avait offertes à celui qu'elle aimait .

Le vieillard fut ému de ce cœur tout plein du souvenir d'un amour aussi beau et une larme tomba de ses yeux, juste sur la petite rose...qui se mit à grandir, grandir...et à déployer l'un après l'autre tous ses pétales, remplissant le cœur qui lui servait de vase.

Alors, il se fit une grande lumière et le Grand Dragon Blanc apparut auprès du Dieu des Chagrins.

Soufflant sur le cœur de cristal, sur les pétales de la rose, il fit palpiter celle-ci et les pétales, comme encouragés par ce souffle surnaturel, maladroitement, lentement, commencèrent à battre, puis de plus en plus vite et de plus en plus fort, comme un véritable cœur humain.

 

 

Le Grand Dragon Blanc s'inclina doucement devant le Dieu des Chagrins et disparut.

Le vieillard, avec une infinie tendresse, remit ce cœur tout neuf dans le corps du jeune homme qui reprit vie instantanément...ne se souvenant même plus du chagrin dont il était mort.

Dans la forêt, on entendait la voix claire de Mademoiselle Rose du Printemps Joyeux  … tandis que courait vers elle l'homme dont le cœur était une rose

 

rose_rouge

"